Krak des Chevaliers

La cour intérieure

Le Krak des Chevaliers était la plus orientale des cinq fortifications des Croisés qui gardaient le seul col majeur (connu sous le nom de « Gap de Homs » dans la vallée de l’Oronte) entre Antakya en Turquie et Beyrouth au Liban. Le château a été construit et agrandi à Qal’at al-Hisn par l’Ordre des Chevaliers de Saint-Jean entre 1142 et 1271. Il couvre une superficie de 3 hectares et, au plus fort de ses pouvoirs, il abritait une garnison pouvant aller jusqu’à 2000 hommes. Le château a résisté à plusieurs attaques féroces (dont une par le célèbre Saladin), et était réputé imprenable. Le Krak, cependant, a finalement été perdu par les croisés naïfs au profit du sultan mamelouk Baybars en 1271, qui a trompé les défenseurs en abandonnant le château au moyen d’une fausse lettre du comte croisé de Tripoli.

Le château comprend deux parties principales: un mur extérieur avec 13 tours et un mur intérieur et un donjon. Les deux murs sont séparés par un fossé (maintenant rempli d’eau stagnante), qui servait à remplir les bains et à arroser les chevaux. Traversez l’entrée principale, une imposante porte dans le mur de 5 mètres d’épaisseur et passez devant les tours qui défendaient le château, et vous entrez dans une cour. Un couloir couvert de sculptures délicates mène à une grande salle voûtée, où l’on peut voir un ancien four, un puits et quelques latrines. La chapelle dans la cour a été convertie en mosquée après la capture du château par le sultan Baybars – elle conserve toujours sa chaire (mihrab). Le dernier étage de la Tour de la Fille du Roi est maintenant un café avec de superbes vues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.