Que font les commotions cérébrales répétées à Sidney Crosby et au reste de la LNH?

Jour 6

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par e-mail

Publié le: 05 mai 2017
Dernière Mise à jour: Mai 19, 2017

 Sidney Crosby
Le capitaine des Penguins de Pittsburgh Sidney Crosby prend un coup de Matt Niskanen pendant la première période du match 3 de la demi-finale de la Conférence Est de la LNH contre les Capitals de Washington. Crosby a quitté le match et n’est pas revenu. (Gene J. Photo de Puskar /AP)

En savoir plus

Sidney Crosby vient de subir la quatrième commotion cérébrale de sa carrière dans la LNH. Pendant ce temps, le Dr Brian Levine de l’Institut de recherche Rotman mène l’étude neuropsychologique la plus complète à ce jour sur les effets des commotions cérébrales sur les anciens joueurs de la LNH. 11:31

au jour 6 hôte invité, Rachel Giese

Il est descendu. Il est resté à terre. À seulement cinq minutes et 24 secondes de la première période du match no 3 de la demi-finale de la Conférence Est de la LNH, Sidney Crosby des Penguins de Pittsburgh a reçu un bâton à la tête du défenseur Matt Niskanen des Capitals de Washington. Crosby s’est finalement levé mais a dû être aidé hors de la glace. Il n’est pas revenu au jeu.

La blessure est la quatrième commotion cérébrale diagnostiquée par Crosby. Au total, au cours de sa carrière, il a été mis à l’écart pendant plus de 100 matchs en raison de blessures à la tête. L’incident a rappelé les risques du hockey, soulevant une fois de plus des questions sur les conséquences potentielles à long terme des commotions cérébrales.

PUBLICITÉ

 Sidney Crosby
Le capitaine des Penguins de Pittsburgh, Sidney Crosby, est allongé sur la glace après avoir reçu un coup le lundi 1er mai. Crosby a subi ce que l’on croit être la quatrième commotion cérébrale de sa carrière dans la LNH. (Gene J. Puskar / CP/AP)

Un corpus croissant de recherches… et questions sans réponse

L’Université de Boston mène des recherches en cours sur le cerveau d’anciens joueurs de football professionnels et a découvert une association entre des blessures répétées à la tête et une encéphalopathie traumatique chronique (ECT), une maladie dégénérative du cerveau qui affecte l’humeur, le comportement et la cognition.

Pendant ce temps, des chercheurs du Rotman Research Institute de Baycrest Health Sciences ont commencé une étude en 2010, axée sur le fonctionnement cognitif et comportemental des joueurs de hockey professionnels à la retraite en relation avec leur âge, leurs antécédents de commotions cérébrales et leur risque génétique.

Un rapport sur leurs premières conclusions a été publié en mars. Les résultats offrent à la fois de bonnes et de mauvaises nouvelles pour les joueurs. En ce qui concerne les tests objectifs des fonctions cognitives des anciens de la LNH, il n’y avait que des signes subtils de déficience.

Cependant, en ce qui concerne le signalement subjectif des symptômes, les joueurs ont signalé des problèmes émotionnels et des préoccupations plus élevés que la moyenne concernant le comportement. Cinquante-neuf pour cent des anciens joueurs ont déclaré avoir des problèmes de dépression, d’anxiété, d’alcoolisme et de toxicomanie, contre seulement 19% des membres du groupe témoin. Environ 50% de la population générale aura un trouble psychiatrique au cours de sa vie.

 Boogaard large
L’ancien ailier du Wild du Minnesota et des Rangers de New York Derek Boogaard a fait les manchettes en 2011 après être décédé d’une surdose accidentelle de drogue et d’alcool alors qu’il se remettait d’une commotion cérébrale. (Jimmy Jeong / La Presse canadienne)

S’adressant à l’hôte invitée du jour 6, Rachel Giese, chercheuse principale, Dr. Brian Levine dit qu’il n’est pas clair si les préoccupations signalées par les joueurs sont le résultat d’une blessure ou liées à d’autres facteurs, tels qu’une lutte pour s’adapter à la retraite ou une douleur chronique due à des blessures non liées au cerveau.

« En fin de compte, c’est compliqué », dit Levine. En ce qui concerne les commotions cérébrales et l’ECT, il y a une « tendance à vouloir trop simplifier. Mais il doit y avoir une interprétation holistique « de tous les facteurs qui peuvent affecter la santé d’un athlète, des blessures physiques aux conditions sociales.

PUBLICITÉ

Dr. Levine dit que quelle que soit la cause, les symptômes décrits par les anciens joueurs ont d’excellentes options de traitement. Il encourage les athlètes actuels et anciens aux prises avec la toxicomanie, les troubles de l’humeur et la régulation émotionnelle à demander des services de counseling et de psychiatrie.

Démence un risque croissant pour les joueurs de la LNH

De nombreux anciens joueurs participant à l’étude disent qu’ils ont peur de leur avenir et s’inquiètent du développement de maladies comme la démence.

Rod Seiling, qui a joué pour les Rangers de New York et les Maple Leafs de Toronto, est l’un des participants à l’étude. Il ne présente aucun symptôme d’ECT, mais il connaît d’autres joueurs qui ont développé une démence et d’autres problèmes neuropsychologiques.

 » Tu as reçu une tape dans le dos et tu es retourné là-bas. »- Rod Seiling

Il espère que l’étude attirera l’attention du public sur les risques de lésion cérébrale et aidera les joueurs plus jeunes et actuels à se protéger.

« Je pense qu’il y a une plus grande prise de conscience maintenant dans la LNH », dit-il. Il poursuit en disant que les athlètes savent maintenant qu’ils ne devraient pas jouer après un coup à la tête. Quand il jouait dans les années 1960 et 70, si un joueur était blessé, « vous avez reçu une tape dans le dos et vous êtes retourné là-bas. »

L’étude de Baycrest est en cours et de plus en plus d’anciens joueurs sont recrutés pour y participer. La LNH se défend actuellement dans un recours collectif aux États-Unis. Plus d’une centaine d’anciens joueurs poursuivent la ligue parce que, disent-ils, elle n’en a pas fait assez pour les protéger ou les sensibiliser au danger des commotions cérébrales. Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, a nié à plusieurs reprises un lien entre les commotions cérébrales et l’ECT.

 Sidney Crosby
Sidney Crosby (87 ans) des Penguins de Pittsburgh est aidé hors de la glace après avoir été blessé pendant la première période du Match 3 dans un match de hockey demi-finale de la Conférence Est de la Coupe Stanley de la LNH contre les Capitals de Washington à Pittsburgh, le lundi 1er mai 2017. (Photo Gene J. Puskar/ AP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.